Le chevrier maltais

 (Extrait du livre "Le jardin des délices oubliées" de Roger Macchi ;)

Je me souviens, l'homme était maigre, sec, sans âge. Son visage semblait taillé à coups de hache dans une vieille souche d'olivier. Le cheveu broussailleux, la bouche épaisse, encadrée d'un duvet poivre et sel. La peau, tannée par le soleil avait les rides de la tortue de mer que parfois, les marins retournaient pattes en l'air sur le trottoir face à mes fenêtres. Seuls ses yeux étaient clairs, il avait un regard d'enfant naïf et candide, reflétant une simplicité de cœur et d'esprit.