Promenade au jardin public

 

Nous habitions à quelques centaines de mètres de l'entrée principale constituée de pergolas.Une fois franchie celle-ci, juste avant d’arriver à cette immense forêt, une grande allée bordée de chaque côtés de buissons, d’arbustes et de bancs dont il ne restait plus que les armatures métalliques, les planches avaient disparu dans la nature, mais elles ne devaient pas être perdue pour tout le monde ... Avant de s'avancer dans cette forêt, nous devions traverser une voie de chemin de fer.

De l'autre côté du Boukornine

Aujourd’hui j’ai feuilleté mon album de photos de l’époque où, petite fille je partais avec toute ma famille en pique-nique sur le Boukornine..

Vous dites le Boukornine, n’était-ce pas cette montagne que l’on voyait depuis Carthage et qui ressemblait à un volcan ?

Oui bien sûr, de loin on aurait dit un volcan mais connaissez-vous les secrets de cette montagne ?

La plage du Casino

 

La calèche s'immobilisa devant le Casino municipal de la plage de Sfax. Un couple en descendit. Au seuil du troisième âge ou l'ayant déjà franchi, ils portaient encore beau, ou plutôt jeune : il avait tous ses cheveux ou presque et elle, à bonne distance, devait ressembler à la jeune fille qu'elle avait été.
- Garde le reste, Sardina, dit l'homme au cocher avec un sourire.
- Merci ! J'ai l'impression de vous connaître..., dit "Sardina".
- Nous avons tous sept sosies ! plaisanta l'homme, laissant le cocher rêveur.

Les carrelages de Sfax

 

Nous les avons foulés des milliers de fois sans les avoir même regardés, nous avons sillonné les rues de la ville en les méprisant un peu puisqu'ils étaient gris et nous paraissaient sans âme ... et voilà qu'ils se sont incrustés dans notre souvenir et que nous sommes toujours émus en les retrouvant ... ces carrelages anonymes font rejaillir tant de nos souvenirs sfaxiens...