Les anciennes plages de Sfax

 

Auteur : Moncef Ben Salah

 

01 Carte des anciennes plages de Sfax Photo Christer Nilsson

 

Les anciennes plages de Sfax, particulièrement celles qui ont fait le bonheur des sfaxiens entre le début du XXe siècle et le milieu des années 1970, sont les suivantes, en tenant compte de quelques petites variations dans leurs noms usuels :

  • La plage de la poudrière ;
  • L’école de natation ;
  • La plage Wiriot ;
  • Le Casino Municipal ;
  • La plage Farhat Hached.

 

 

A la fin de cet article, j’ajouterai quelques lignes au sujet de la « Punta » qui n’est pas à proprement parler  une plage mais un endroit en mer fréquenté par de jeunes sfaxiens, situé un peu plus loin que le casino et Farhat Hached.

Ces plages n’ont plus d’existence actuellement ; elles ont disparu une à une entre 1965 et 1975,  suite à l’implantation à leurs bords d’une usine de  traitement des phosphates.

De nos jours, il n’en reste que les souvenirs, échangés sur  des sites web, réseaux sociaux et forums de discussions, par des sfaxiens dispersés aux quatre coins du globe, anciens usagers de ces belles plages. C’est la raison pour laquelle ce document ne propose en aucune manière une étude historique ou scientifique de l’objet mais plutôt une synthèse des discussions qui ont eu lieu à propos de ces plages.

Signalons tout d’abord que divers noms ont été donnés aux plages visées aux paragraphes 3 et 4 ci-dessus, qui ont de commun d’avoir toutes été créées par la Municipalité de Sfax.

C’est ainsi que la plage « Wiriot » avait toujours porté le nom de cet Administrateur de la compagnie des ports, chargée de l’exécution du projet d’aménagement de cette plage ; du reste elle s’était faite appeler également « plage familiale » ou aussi « plage Charuel », du nom du responsable municipal « réalisateur infatigable » du projet.

Il en est de même pour « la plage du Casino », connue aussi par le nom de « Charuel », de « casino municipal » ou de « Casino » tout court.

En voici quelques témoignages se rapportant à cette question :

  • « je crois que ce qui fut appelé « Plage Charuel » puis « Wiriot », c'est en fait toute la façade de plage artificielle où on a installé "la plage familiale", le "Casino Municipal" puis le "Casino Hached". » (Dr Mohamed Aloulou »

 

 

  • « La plage Wiriot », ou encore "plage familiale" a porté ce nom jusqu’à ce que Maitre Charuel, maire de Sfax (si mes souvenirs sont bons vers 1950), l'embellisse et construise le casino. Depuis elle s'est appelée "Plage Charuel" ou "Plage du Casino". » (Alain Khayat)

Ceci dit, notre  document a pour objet de tenter  une reconstitution, aussi nette que possible, de l’image de ces plages,  sur la base des évocations des uns et des autres, parfois déformées par le temps et les oublis.

 

  1. Plage de la Poudrière :

 

Majid Gharbi – (Sfax sous les Arcades).

« Elle était située  non loin de l’ancienne gendarmerie, sur la route de Moulinville ;  On s’y rend par la route « St Henri », appelée actuellement route « Saltanïa ».

Sur cette plage, il y avait deux dancings : « La Cordina » et « Le Pavillon d’or ».   

Entre les deux dancings, il y avait une série de cabines en bois ou en dur, comportant de petites vérandas.

Derrière les cabines de la poudrière, il y avait le champ de course et sa jolie tribune en bois ayant presque le même décor que le kiosque à musique du centre ville »

Freddy Bouhnik – (Le Forum Sfaxien)

« La plage des moulinvillois, c'était la poudrière. À marée basse c'était un immense terrain boueux  et à marée haute, c'était des centaines de mètres avec de l'eau jusqu'à la poitrine ; dans ces conditions pas besoin de savoir nager.

À 12 ou 13 ans, les copains de mon âge ont commencé à déserter cette plage pour d'autres plus renommées : la « Wiriot »  et « l'École de natation »

  • Henri – Le Forum Sfaxien

En quittant la route de Moulinville et en prenant à droite en direction de St Henri et Sidi Mansour, on trouve sur la droite : les silos à grains, l'usine à savon et l'usine à glace ; sur la gauche, un marbrier.

En continuant 300 à 400 mètres, on quitte la route principale ;

En prenant à droite, direction la mer. 200 à 300 m , en face le " Pavillon bleu " appelé plus tard : " L'Hacienda " .

En longeant le bord de mer vers le Nord et à 300/400 m : " Le Pavillon d'or "

Entre les deux " guinguettes " en bord de mer, une cinquantaine de cabines de bains en bois, dont mes parents en avaient loué une, ou nous allions chaque après midi de préférence à marée haute .... ( Années de référence 1939 /40/41 )

 

 

 Dancing  « Cordina » (Le Forum Sfaxien)

 

 Dancing « Le Pavillon d’or » (Le Forum Sfaxien)

 

 

04. Dancing « Le Pavillon d’or » (Le Forum Sfaxien)

 

 

05. « Le Pavillon d’or » (Le Forum Sfaxien)

 

 

2. Ecole de natation et club nautique

 

L’école de natation

« Pour nager, les enfants et même les plus grands se rendaient à l’école de natation. Elle était initialement localisée sur la route menant à " Madagascar ", puis elle fut transférée dans le bassin dit " des pétroles " au bout de la plage Wiriot. » (Site web : Sfax sous protectorat français)

(http://www.sfax1881-1956.com/vie/vie5.htm)

 

« L’école de natation, qui existait depuis 1928, reçut son visa d’activité le 29 juin 1946. Les membres fondateurs en étaient : MM. Michel Loffreda (président), André Durand et Horace Bonaldi (vice-présidents). Elle fonctionnait toujours en 1956, en entente avec le Sfax Railways Sport (SRS). Les jeunes Sfaxiens et Sfaxiennes pouvaient apprendre à nager très tôt, encadrés par des moniteurs compétents. Une fois qu’ils savaient très bien nager, certains pratiquèrent le water-polo au sein d’équipes sfaxiennes : Jeunesse Sportive Sfaxienne (JSS) et SRS, participant au championnat de Tunisie » (Site web : Sfax sous protectorat français)

http://www.sfax1881-1956.com/sport/sport1.htm

 

06. Ecole de Natation (photo Christian Orsini)

 

Le Club Nautique :

« La présence de la mer autorisa très tôt la pratique d’activités nautiques. Dès avant la Première Guerre mondiale, exista un club nautique dont les installations se trouvaient en bout du quai des embarquements des phosphates. Il fut officiellement accrédité le 17 juillet 1946. 

A partir des années 1920, avaient lieu pour le 14 Juillet, des manifestations nautiques devant la marquise du port. A côté des courses de nageurs, l’épreuve la plus spectaculaire consistait à rester en équilibre sur un mât horizontal de 8 mètres de long, copieusement enduit d'une matière gluante, pour essayer de décrocher le drapeau fixé au bout. 

Quand furent créés les appontements du M’Dilla et de l’alfa, les activités se pratiquèrent dans le bassin dit "des pétroles", à la limite de la plage Wiriot. C’est là que furent édifiés les bâtiments de l’école de natation qui y restèrent jusqu’à la réalisation du quai d’embarquement des produits de la SIAPE » (Site web : Sfax sous protectorat français)

 

http://www.sfax1881-1956.com/sport/sport1.htm

 

 

07. Installations du club nautique (cpa)

 

Plage Wiriot

Appelée aussi « la plage familiale », nous ne connaissons pas la date de sa création mais déjà un article de presse paru le 8 juillet 1925 sur  la Dépêche Sfaxienne en parle :

 

 

8. Doc. Publié dans le livre : «  Sfax, ma mémoire »

(Anouar Achiche & Père Jutard)

 

Qui est Mr. Wiriot ?

« M. Wiriot était administrateur de la Compagnie des ports. (d'où une plage à son nom).

C'est à cet organisme, plus exactement la Compagnie des ports de Tunis, Sousse et Sfax,  que l'on doit la construction du premier port de Sfax dès 1895 ». (Le Forum Sfaxien).

« La plage Wiriot, ou encore "plage familiale" a porté ce nom jusqu’à ce que Maitre Charuel, maire de Sfax (si mes souvenirs sont bons vers 1950), l'embellisse et construise le casino. Depuis elle s'est appelée "Plage Charuel" ou "Plage du Casino". » (Alain Khayat).

« La plage familiale était une plage moins cotée que le casino mais on y allait en famille surtout  en fin d’après midi. C’était des réunions de famille autour d’une bière « Stella » et d’un plat de « Ajaa » Mon père aimait bien y aller » (Roland Berrebi).

 

« Voici mes souvenirs :

A l'extrême gauche : la plage familiale

Au milieu :  la plage du casino

    A l'extrême droite : "la plage Farhat Hached"

    Et enfin à l'extrême droite, extrême droite : "La punta"

(Fernand Sdika, 18/01/2012)

 

 

09. Plage Wiriot.- Cabines (Le Forum Sfaxien)

 

10. Plongeoir (Le Forum Sfaxien)

 

  1.  Le Casino Municipal

 

 

11. le Casino (Le Forum Sfaxien)

 

Identification

Il s’agirait, selon toute vraisemblance, d’une extension de la plage « wiriot », dite aussi « plage familiale » dont on a parlé plus haut, par « l’installation »  « d’un petit édifice très coquet qui fera fonction de café-bar et où l’on trouvera consommations et rafraichissements aux mêmes prix qu’en ville, des douches gratuites et toutes sortes de commodités… » (Voir coupures de presse ci-après)

Cet édifice n’était autre que le fameux casino municipal, inauguré le 13 juillet 1954 par Mr. René Charuel, vice-président délégué de la municipalité de Sfax.

12. coupure de presse. (Le Forum Sfaxien)

 

13. coupure de presse. (Le Forum Sfaxien)

La plage où le Casino municipal fut installé  a été dotée de douches et de cabines de bains (annoncées par la coupure de presse publiées ci-dessus).

L’entrée à cette plage était payante : d’après le témoignage d’un jeune usager dont les parents possédaient une cabine à la plage Wiriot, il se dissimulait le soir dans cette cabine, pour aller au casino sans payer l’entrée. (Le Forum Sfaxien.

 

 

14. Le Casino (Le Forum Sfaxien)

 

Quelques photos et témoignages

 « J’ai connu surtout le casino pour m’y être rendu avec mes sœurs au tout début quand j’étais petit ; c’est d’ailleurs ici que j’ai appris à nager. On avait en guise de bouées de très grosses chambres à air de voiture ! C’était le top, on était gosse, insouciants, c’était le paradis. 

Et puis après, avec mes amis, le soir, en écoutant les différents orchestres qui s’y succédaient. Je me rappelle bien sûr des Bond’s où notre ami René Bellaïche excellait avec sa guitare mais j’ai connu aussi après, l’épisode du chanteur « Jean Paul Ray » qui était considéré comme une idole à Sfax avec ses vestes pailletées et ses manières efféminées.

J’ai connu le fameux radio crochet du temps de l’orchestre de Dyno Monty dans les années 60, les soirées du plus beau pyjama qu’avait gagné mon cousin « Alain Perez » dont les parents tenaient le magasin « Elle & lui » et tant d’autres événements. Que de souvenirs me reviennent en mémoire … » (Roland Berrebi)

Ci-après quelques photos filmées dans la plage du Casino :

 

 

 

15. Emplacement du Casino Municipal. (photo Christer Nilsson)

 

 

16. Cabines plage du casino. (Photo Roland Berrebi)

 

 

17. notes de consommation au casino municipal

(Photos Aly Kaaniche)

 

 

18. Garçons au Casino municipal 1975

(Photo Aly Kaaniche)

 

19. Au Casino Municipal (Le Forum Sfaxien)

 

20 A la plage du casino (Photos Christer Nilsson1965)

21 A la plage du casino (Photos Christer Nilsson 1965)

 

22. A la plage du casino (Photos Christer Nilsson 1965)

  • Plage Farhat Hached.

« La plage Farhat Hached  n’était pas une plage  à proprement parler à l’instar de la plage familiale et celle du casino ;  elle était de plein pied en mer profonde ; pas de sable, pas de plage, pas de parasol etc ; c’était une plage très calme » (Roland Berrebi).

 

22 Bis. Plage Farhat Hached

 

  • La « Punta »

 

Malheureusement, aucune photo ne nous est parvenue jusqu’ici de ce qui était la « Punta » mais quelques témoignages nous ont été livrés  dans des forums de discussion ou des correspondances personnelles, dont ci-après quelques uns :

 

Roland Berrebi (Le Forum Sfaxien, 06/04/2008)

La Punta, c’était le coin des amoureux surtout le soir, mais on y allait à toute heure de la journée des qu’on avait l’occasion de faire une petite escapade avec sa copine en amoureux .Je me souviens des virées en mobylette  en solex (j’en avais un) ou même en vélo. Quel Kif on faisait !

Après la Punta quand on faisait le tour, il y avait les grosses citernes et ce que l’on appelait le pétrole Mory. Il y avait une toute petite jetée ou les remorqueurs venaient accoster, des pécheurs attrapaient à la mie de pains des mulets  qui puaient le mazout.

 

Fernand Sdika (Le Forum Sfaxien, 24/07/2007) :

 

La Punta !!

 Allons -y messieurs il y a prescription !

Vous souvenez vous de cette fameuse « Punta » située après le casino et la plage « Farhat Hached » ?

Rendez vous innocent de nos sages amourettes et au scénario très précis.

Il fallait d'abord emprunter la voiture familiale à la tombée de la nuit et la conduire de préférence sans permis ; arrivé à la « Punta », faire avec ses phares un panoramique pour trouver une place,  ensuite un plan américain pour détecter la présence d'amis, ensuite passer au zoom avant pour se garer et là, l'expression de crapaud mourant d'amour prenait tout son sens : il fallait assurer à sa dulcinée (loin des regards noirs de sa famille et surtout de son frère) qu'elle était unique, que l'on avait perdu le sommeil, que notre édredon portait les stigmates de notre désespoir, et, les soirs de bonne inspiration, que « même mon cœur il avait changé de place et qu'il était à droite ».

Jeux innocents mais tellement émouvants !

 

 

  • Antoine Bartolo (Le Forum Sfaxien, 06/04/2008)

Cette PUNTA était vraiment l'endroit de mes pèches et chasses sous marines préférées.

Je me rappelle fort bien que dans les fentes verticales des blocs de bétons du quai Mory, une foule de Sarre et autres poissons venaient se réfugier, il suffisait d'arriver à l'improviste, de tirer dans le tas, aucune échappatoire possible.

A l'extrémité, dans les champs de Posidonies, c'était des troupeaux de mulets qui broutaient (certains étaient comestibles), et même ma grosse frayeur une grosse raie Pastenague qui a décollé sous moi dans 60 cm d'eau. .

 

 

PROLOGUE

Les plages que nous venons de décrire ont été détruites en totalité au cours des années 1960-1970 à cause de la pollution qu’elles ont subies par le déversement des déchets du phosphate provenant d’une usine implantée sur leur bord.

Voici quelques photos illustrant ces dégâts :

 

 

23. Le Casino 1978. (Photo Christer Nilsson)

 

24. Plage wiriot 2005. (Le Forum Sfaxien)

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir