Hommage à Joseph Grech

L'année 2019 se termine enfin après bien des problèmes pour beaucoup d'entre nous , j'espère que 2020 qui se profile difficilement observera une trêve de ces ennuis et que cette nouvelle année nous laissera  un peu plus de bon temps , à nos familles et  à nous mêmes .

 

 J'aurai aussi vous faire part de la disparition brutale  d'un cousin à Jacqueline , un ex du Sfax- Gafsa , il s'agit de Coco Grech ( Joseph de son vrai prénom ) . 

 

 

Nous aimions vraiment ce Sfaxien au grand cœur , il portait totalement   l’âme de cette ville et le poids de sa famille très connue à Pic -Ville , puisque il résidait dans un immeuble face à l'école Amédée Gasquet ( Rue de Pic-Ville) .

Sa mère était une Iuculano ( Gaétane )  .. Et pour ceux qui ont usés les fonds de culottes entre cette école et l'école maternelle , un peu plus loin en allant vers le jardin public sur le trottoir d'en face  , Mme Iuculano Alice , tante de Coco , fut vraiment la principale actrice de ces écoles durant des années comme institutrice et directrice ensuite , son époux était directeur de la Worms , face à l’hôtel des oliviers , il a été le premier Sfaxien a posséder une DS19 noire ..!! .

 

 

La famille Iuculano était issue d'un village de Sicile ( Santa Croce de Camérino ) ,le récit de leur immigration en 1898 vers Sfax pourrait réaliser un  film  d'aventures tellement l’épopée de cette "fuite " vers le futur fut mouvementée .

Les Iuculano  , de ce village , furent à l'origine des maçons , sur une photo maintenant répandue dans la littérature de notre ville natale  , on peut voir le grand oncle ( Jean Iuculano) ,  de Coco et ses très jeunes fils sur le chantier de construction de la municipalité vers 1902 . Le contremaitre de cet très bel ouvrage s'appelait Jean Batista Pace, du même village que Jean Iuculano  , devenu ensuite , gros entrepreneur en maçonnerie de Tunisie  ( sur la photo, au premier rang , l'homme à la moustache et au costume sombre , comme il se doit, pour un chef ! ) et  à sa gauche le fameux architecte , Français, Raphaël Guy , l'homme au chapeau feutre  ..Un génie de l’architecture Orientale , sa thèse se trouve sur le Net , et c'est un trésor de connaissances , même pour les non initiés dont je fais partie ..

 

            

 

Coco fut très ami depuis toujours avec son voisin à Tours , feu , Henri Farrugia et son épouse Françoise( Gauchi ) , heureusement en pleine forme ,et je pourrai affirmer avoir passé quelques heures avec ces 2 personnages furent vraiment des heures rares et précieuses , un vrai régal pour la mémoire .

 

J'aimais beaucoup Coco , parce qu'il était à lui tout seul , une véritable bibliothèque de notre passé , il était de 1930 , et il avait donc connu tous les bâtiments et le vieux Sfax avant ces bombardements de 42-43  qui ont détruit le Sfax original , le théâtre , l'église , le port ,le Rex etc... .

  Il avait fait sa communion dans la vieille église historique appelée alors  " la cathédrale" , et aimait raconter ses ballades d'adolescent dans ces vieilles rues autour de la ville Arabe , la fameuse rue de la République , la rue du sergent Léonnec , la rue Tissot , où notre grand père paternel Bartolo Auguste  tenait le  café de son épouse , née Bussutil ,  il avait une histoire sur chacune des rues et même le nom des commerçants  et le nom de ces  boutiques ..  

 

 

Évidemment , je n'ai qu'un seul regret , c'est de ne pas avoir assez fait parlé Coco de cette époque à tout jamais révolue  .

Ne parlons pas du Sfax -Gafsa ,dont il savait les arcanes les plus secrètes et les plus tordues , il faut dire qu'il était dans l'administration de la compagnie , donc pas loin des "têtes pensantes  ?? "   et compte tenu des  "événements" de cette triste époque , il y a dû y en avoir quelques coups tordus  de derrière les fagots , passés sous silence , mais sans doute , non sans quelques conséquences douloureuses pour certains  .....

            

                                   Que rajouter de plus aux nombreux jeunes venus dire au revoir  à Coco , sinon , qu’aujourd’hui , ce n'est pas un homme qui s'en va , mais c'est une bibliothèque qui  ferme à jamais  , et pour conclure  :

     

                                                      

"On ne peut comprendre le présent qu'à la lumière du passé" 

 

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn