Les glibettes

je vais vous parler des vraies « glibettes »,  pas de ces graines de potiron,  encore moins de celles "maison",  faites à partir des graines de melons ou de pastèques.


- La vraie glibette est une graine de tournesol salée et grillée à point - ne pas confondre avec le tournesol destiné à la fabrication de l'huile ; elle était  de forme allongée bicolore avec une graine charnue à l'intérieur et se vendait à l'entrée du Lycée à Sfax ;


- Longtemps, cette graine fut un mystère  pour les enseignants venus de Métropole car sa consommation pendant les cours produisait des petits claquements harmonieux qui rebondissaient sur les murs de la classe,  se penchaient à la fenêtre,  et  revenaient inexorablement  tinter à leurs oreilles ;


-Ce petit bruit qui ressemblait à un craquement de feu de cheminée était impossible à situer : il venait de partout et de nulle part et les petites têtes brunes de ses élèves aux yeux innocents ne permettaient pas de trouver les coupables ;


-Seul un tapis d'écorces brunâtres attestait d'une certaine activité alimentaire ;


- Certains "anciens" plus gourmands ou plus pressés que les autres les dégustaient par poignées entières ;


- L'habitude conférait aux "Glibettois" une dextérité remarquable : mettre plusieurs graines dans la bouche et les déguster une a une sans aucune intervention manuelle ;


- Un bon observateur aurait pu remarquer que cette pratique était la cause d'un interstice entre les incisives de certains élèves qui développaient  une petite fente en « V » inversé créant un petit étau nécessaire à l'éclatement de la coque de ladite glibette

Voici une histoire que j ai entendu raconter à Sfax :

Pendant les bombardements une bombe tomba dans une banque non loin de l’église (et pour cause la DCA était placée prés des clochers) ;  des paquets de grands billets de banque s'éparpillèrent  un peu partout.


Un marchand de glibettes et cacahuètes, le plateau sur la tête et le tréteau sur l’épaule,  en ramassa quelques paquets neufs et , avec ces billets,   fit des cornets remplis de glibettes, le pauvre homme n’a jamais vu de si grands billets.


Le lendemain il vendit tout son plateau en un clin d œil mais fut arrêté par la police puis  relâché après  avoir restitué le reste des paquets de billets de banque

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn