Sos borj en péril

Sos borj en péril est une action organisée par l'association des amis des arts présidée par Aida Zahaf et l'action en elle-même présidée par Raja Charfi .Les membres sont Houda Kchaou ...Le Borj, habitat fortifié, partie intégrante du paysage urbain de Sfax construit entre les xv ème et le début du xx ème siècle, court ces dernières années le risque d’extinction.

Pour valoriser ce patrimoine unique et inciter à sa sauvegarde, l’Association des Amis des Arts Plastiques et ses partenaires ont lancé une action intitulée « SOS Borj en péril » qui comprend plusieurs étapes.

La première étape de l’action est un projet culturel consistant en un parcours permettant de découvrir 13 Borjs privés qui seront à l’occasion la scène d’une dizaine de performances culturelles artistiques (court métrage, danse, musique, narration, exposition, installation, illustration, design culinaire…).

Le circuit permettant de visiter la totalité des Borjs et de découvrir toutes les performances s'est fait en deux jours le Samedi 26 et Dimanche 27 Avril 2014. Un circuit condensé d’un jour a aussi été proposé. Une vraie évasion. Un voyage dans le temps et dans l'espace.. Les visites se sont faites par petits groupes et par bus spécial.

Nous avons mon amie Salma Boudaouara et moi décidé d'avoir comme thème le tamis .Le tamis était présent dans tous les borjs ,il servait à séparer des particules solides de tailles différentes ou à filtrer des liquides comme les personnes qui n'étaient pas permises à avoir accès à l’intérieure du borj .Il y avait plusieurs pièces à l’extérieur qui servait à recevoir les hommes .Nous avons fait une première installation en forme de lustre contenant le fer forgé typiquement Sfaxien qui n'existe pratiquement plus peint sur des miroirs circulaires pour que les gens s'identifient à travers celui-ci et d'autres tamis qui ont été cousus avec du fil de jute et ou il a été intégré le fer forgé que l'on retrouve dans la majorité des maisons Sfaxiennes aujourd'hui. Avec un miroir de 2mètres sous cette installation pour nous rappeler notre passé . J'ai fait une performance avec la toile de jute sur toute une pièce en forme de toile d'araignée pour faire rappeler le lien du présent et du passé et la fragilité de sauvegarder notre patrimoine .
Une troisième installation contenant par terre des photos de costumes traditionnels féminins Sfaxiens imprimés sur tissus posé en forme de domino avec des tamis anciens défectueux .Avec du plastique en hauteur ne laissant pas l’accès au spectateur de se rapprocher de l'installation pour montrer la tristesse que Sfax est l'une des rares villes en Tunisie ou' l'habit traditionnel féminin ancien n'existe plus.

 

 

 

 

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn