Legmi tunisien


Si vous êtes déjà allé dans le sud tunisien, dans la région des dattiers ( Gabès, Tozeur, Douz…..) vous avez sûrement remarqué des vieux dattiers ététés :
Et vous avez donc peut-être bu le jus de palme, plus communément et localement appelé LEGMI...

Il vous est proposé dans les marchés par de jeunes marchands ambulants avec leurs petits verres et fontaines à eau, aux abords des oasis de Gabès, par exemple, dans les guérites ou sur de simples tables.

Il existe deux formes de LEGMI, la boisson naturelle et la version alcoolisée, totalement illicite.

Le LEGMI, liquide, sirupeux et blanchâtre, n'est rien d'autre que la sève du palmier dattier, que l’on a tiré de son cœur , l’entraînant ainsi dans une mort certaine. C’est pour cette raison que l’on voit souvent de grands arbres démunis, étêtés, qui n’attendent plus que de sécher et d’être abattus.

Habituellement dans les palmeraies, dès qu’un arbre est trop vieux, plus rentable de par sa production de dattes, ou tout simplement parce qu'il gêne la construction d’une maison, on fait
appel à des Mâalem (Maître), qui savent monter, ébarder et récolter le jus douçâtre et sirupeux tant convoité.

Le principe est de récolter dans des gargoulettes la sève de l’arbre en ébardant l’arbre, dont seul le Mâalem connaît la méthode, apprise de père en fils et de générations en générations depuis les temps lointains.

Il faut savoir ébarder l’arbre sans toucher à la partie la plus tendre du cœur et former une fontaine pour que puisse s’écouler la sève. Trois jours après l’ébardage, le Mâalem du LEGMI plante une petite gouttière en roseau d’où pleurera le "lait" de l’arbre.

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn