Bel moussa

Bel mouss !
Qui de nous tous n’a pas eu à se délecter de pastèque, d’une belle pastèque, une dellaah comme on disait en pic villois-tunisien, langue vernaculaire extraordinaire inventée par les sfaxiens, capable, bien avant l’espéranto (n’est-ce pas mes chers amis !), de faire que tous puissent se comprendre sans effort particulier.
Même les siciliens, pourtant amateurs devant l’éternel de ce magnifique fruit, préféraient cette dénomination en lieu et place du revêche : ‘’muluni d’acqua’’ long à prononcer et, pour certains, ambigu. Les grecs, eux, avec leur ‘’Karpouzi’’, qui étaient conscients du manque de mordant de ce mot, avaient fini par abandonner la première place… Quant à ‘’pastèque’’, cet admirable mot sans saveur ni odeur, on avait décidé de le réserver pour l’école — Amédée Gasquet de préférence. Pic ville oblige…
Que voulez-vous ? Il n’y avait pas photo ! Dellaah c’est comme une onomatopée, il représente directement l’objet. On la voit délicieuse au ‘’del’’, et nous extasier dans la bouche au ‘’aah’’. C’est irremplaçable ; pas besoin de faire des efforts.
Dès la saison, Bab jebli était littéralement envahie de monticules impressionnants de ces cucurbitacées. À se demander si le nombre de pastèques n’était pas prémonitoire de la future population de Sfax « Un million vous dis-je ! Un million ! » Malioun ya oueldi, Malioun !

LE BOGA CIDRE, ou une question sans réponse


Une question s'est posée l'autre jour à moi, en buvant du Boga cidre, une question proprement métaphysique, c'est-à-dire vertigineuse (parce qu'elle en engendre d'autres, à l'infini) : je me suis demandé si j'aimais vraiment cette boisson.

Douze choses bien connues des sfaxiens

Capitale de la culture en 2016, la ville de Sfax, située à 270 km de Tunis, soit 3 heures de route, offre une panoplie d’activités culturelles et de délices gastronomiques à essayer absolument. Découvrez 12 repères qui prouvent que vous êtes de Sfax.

 

Les ports tunisiens (Sfax)

 

Sfax est, après Tunis, le port le plus important de la Régence. Sa population, qui dépasse actuellement 45.000 habitants, dont 5.000 Européens, s'augmente à vue d'œil. La ville est vraiment curieuse à tous égards, malgré tous les changements, tous les embellissements qu'elle a subis depuis son bombardement par l'amiral Garnaull, le 16 juillet 1881, qui fut immédiatement suivi de notre occupation.